Follow by Email

21/10/2014

"Faire revivre Koltès" propos recueillis par Franck Mallet - Classica n°165 septembre 2014


Faire revivre Koltès

Régis Campo compose "Quai ouest", son premier « grand » opéra, d’après Bernard-Marie Koltès, l’histoire d’un homme qui veut en finir. Rencontre.

Qui a eu l’idée de cet ouvrage ?

C’est une proposition conjointe de Marc Clémeur, de l’Opéra du Rhin, et de Peter Theiler, du Staatstheater de Nuremberg ; tous deux cherchaient quelqu’un pouvant être en adéquation avec la pièce de Koltès, tout en proposant un langage accessible. Le metteur en scène Kristian Frédric a réalisé lui-même le livret à partir de Quai ouest, associé à Florence Doublet.

Quelle relation entretiennent la musique et le texte ?

Koltès se prête à une adaptation, à condition de réduire les monologues et de transformer l’ensemble en duos, en arias, etc. Il faut réussir à rendre le livret autonome tout en préservant son apparente simplicité, son langage faussement populaire... en fait excessivement travaillé ! Dans la réalité, les loubards ne parlent pas comme chez Koltès, mais la magie de son texte, c’est justement cette distance poétique. Comme lui, je me suis refusé à tout pathos et j’ai essayé de préserver l’arrière-fond mythologique et l’ironie présente dans chaque séquence de ce récit qui, par le biais du trafic, de l’échange et du troc, met en relation des individus que, a priori, rien ne rapproche.

Vous êtes vous-même influencé par le cinéma...
Je pense que Koltès était également bercé par l’univers contrasté de certains films ; pour ma part, j’admire notamment Martin Scorsese, dont les images sont indissociables d’un travail de montage sur le son, où le bruit s’harmonise avec la musique. D’ailleurs, à la polyphonie suscitée par les solistes, le choeur et l’orchestre s’ajoute par moment ma bande-son synchronisée d’un film imaginaire.

propos recueillis par Franck Mallet

Article paru dans le n°165 de Classica
septembre 2014

http://www.radioclassique.fr/lactu-du-classique/actualites/actualites-detail/faire-revivre-koltes.html 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire